Pages

15 mars 2012

Le temps file...


Un ange de plus au ciel ou un ange de moins sur Terre on doit dire quand une personne importante nous quitte? Je préfère dire un ange de plus au ciel car ca prouve que son chemin continue.

Dans notre vie d’humain sur Terre, le temps file à une vitesse épouvantable. On vient au monde, on devient un enfant, un adolescent, un jeune adulte et là le temps file à une vitesse effrayante. On court après nos temps libres, on court après notre job, les enfants, la vie sociale, la famille, notre argent. Mais dans tout ca, il y a des moments où on partage notre précieux temps avec les personnes qu’on aime et c’est pour ca que ca fait tellement mal quand il est temps pour eux de nous quitter.

On s’attache, on aime, on chérit, on maudit, on enrage, on pleure, on applaudit. Tout ca, c’est notre vie. Une vie qui nous est donnée pour un temps limitée. On sait quand on nait, on ne sait pas quand on partira. C’est pour ca qu’on doit tout faire pour être heureux, car on ne sait pas quand ca finira. Moi, je refuserais de mourir malheureuse. Mais combien l’ont fait? Mourir malheureux , avec des regrets ou un grand secret, me semble qu’il n’y a pas grand-chose de pire, sauf peut-être laisser une personne partir sans lui avoir dit qu’on l’aime.

Le papa de mon amie Maryse a quitté sa vie de mortel. C’est difficile pour sa famille et elle-même. Il a livré un combat tenace contre le cancer, mais il a malheureusement perdu sa bataille. Il s’est battu comme un vrai lion, pendant presque 3 ans. Ses proches se balancaient toujours entre l’espoir de guérison et la peur que les traitements ne fonctionnent pas. Une existence entre la vie et la mort. Vivre entre les deux, sans savoir sur quel pied danser. Il y a cru, ils y ont tous cru. Tout le monde a souhaité qu’un jour le cancer ne fasse que laisser des traces physiques sur son corps meurtrit et qu’il puisse continuer de taquiner ses proches. Il va maintenant veiller sur eux, question de s’assurer que rien de mal ne leur arrive…

Comment ne pas croire qu’il y a autre chose après la mort physique quand on en a la preuve? J’ai demandé à ma mère de venir chercher le papa de Maryse lundi soir, après son travail, pour qu’elle puisse être à ses côtés lors de son grand départ. Il a quitté lundi, à 17h, avec sa main dans celle de sa fille. Merci Maman d’avoir entendu ma prière. Merci de me prouver que tu es encore là, même après plus de 3 ans.

Le cancer est une plaie. Le cancer est dur et cruel. Le cancer, c’est la peur de tous. C’est souffrant comme on ne le souhaite pas à notre pire ennemi. Mais le cancer a au moins un bon côté, celui de laisser le temps à la personne souffrante de régler tout ce qu’il a à régler dans sa vie et ainsi pouvoir partir l’esprit en paix et pour ses proches aussi. Les morts subites, les accidents et les suicides ne permettent souvent pas ca.

Le temps s’effrite, comme le corps physique. On court après le temps, c’est une course contre la montre. Le temps s’envole et ne reviendra jamais. On doit apprendre à vivre après. C’est d’une souffrance, mais ca se fait. On a mal, mais on est soulagé de ne plus voir l’être cher souffrir de son enveloppe corporelle.

Oui, il y a quelque chose de beau et de grand après la mort, car très peu en sont revenus. Le temps file, et c’est en aimant qu’on peut en profiter. En riant, en pleurant, en caressant, en disant à nos proches qu’on les aime, tout simplement. Parce que c’est ce qu’il y a de plus important. Même si des fois, dire Je t’aime est difficile…

1 commentaire:

Ombrelune a dit...

Merci pour ce beau billet bien écrit et bien senti. :)